Lionel Soukaz, une vitalité desespérée

Si je reprends, en guise de titre, cette expression à un poème célèbre de Pier Paolo Pasolini, on voudra bien me pardonner cet emprunt. Mais je ne vois pas de meilleure manière d’introduire à l’œuvre de Lionel Soukaz, de qualifier l’impression que ressent le spectateur, de caractériser son style, son ton, et, si l’on peut dire, son message. Un message, entendons-nous, sans rien avoir à transmettre de précis, sans intention de communication, sans adresse. Lionel se contente de faire signe, d’un lointain intérieur, parfois inaccessible, et si proche pourtant, brassant une actualité foisonnante, proliférante. [Lire la suite]

Texte sur le travail de Lionel Soukaz par le philosophe René Schérer.

Publicités
Cet article a été publié dans Entretiens. Ajoutez ce permalien à vos favoris.